Hep msieur, c’est quoi la différence entre SaaS, PaaS et IaaS ?

Je vais reprendre ma vielle série de blog posts de vulgarisation technique, débutée il y’a quelques années sur Team Foundation Server. Commençons par une des notions de base avec les “différentes formes de Cloud” !

Tout le monde parle de SaaS, PaaS, et IaaS, mais, pour ceux qui ne savent pas, voila ce qui se cache derrière ces acronymes, en utilisant l’offre Microsoft pour exemple !

Le schéma ci-dessous issue du training kit Windows Azure est un très bon récapitulatif. En bleue on retrouve pour chacun des modes d’hébergement le niveau de responsabilité de l’utilisateur / consommateur / entreprise / client alors qu’en noir ce qui est à la charge du fournisseur de service Cloud.

image

 

En quelques mots, cela donne donc :

SaaS :

  • Acronyme : Software as a Service
  • Le client est un utilisateur / une entreprise
  • Le client paie pour un service, seules les compétences d’utilisation de ce service (administration) sont requises
  • Nul besoin de compétences en développement / infrastructure, le fournisseur est responsable de l’infrastructure et de la plateforme
  • Facturation : Ici, l’utilisateur loue un logiciel clés en mains. Le mode de paiement est souvent “par utilisateur / mois”.
  • Ex : Office 365 (Exchange, SharePoint, Lync online), CRM Online

 

PaaS :

  • Acronyme : Plateform as a Service
  • Le client est un développeur / une entreprise
  • Le client paie pour disposer d’un espace pour exécuter son code, sans se soucier de la gestion / mise à jour du système d’exploitation
  • Nul besoin de compétences en infrastructure
  • Facturation : Ici, le développeur loue une plateforme d’exécution de code clé en mains. Le mode de facturation peut être variable, mais tourne souvent autour des facteurs temps d’utilisation de CPU, espace de stockage et bande passante consommée
  • Ex : Windows Azure (Compute, Storage, SQL Azure, Service Bus…)

 

IaaS :

  • Acronyme : Infrastructure as a Service
  • Le client est un IT Pro / une entreprise
  • Le client paie pour disposer d’un endroit pour faire tourner sa machine virtuelle, sans se soucier du réseau ou des potentiels incidents hardwares.
  • Nul besoin de compétences en réseau (ou autre load balancing)
  • Facturation : Ici, l’IT Pro loue un service d’hébergement de VM clé en mains. Le mode de facturation est similaire au PaaS mais peut également augmenter pour prendre en compte la location des produits installés sur la VM  (ex : SQL Server, Biztalk…)
  • Ex : Windows Azure Virtual Machines

 

En résumé en SaaS on consomme, en PaaS on développe et en IaaS on héberge !

 

SaaS + PaaS + IaaS :

  • Il est clairement possible de combiner les différents types de cloud pour répondre au mieux à des besoins spécifiques
  • Ex : SaaS + PaaS : Il est possible d’utiliser du stockage et du processeur Windows Azure (PaaS) pour héberger des applications custom intégrées dans SharePoint Online (IaaS)
  • Ex : PaaS + IaaS : Une application Web qui utilise Windows Azure (PaaS) pour être scalable peut très bien utiliser une base de données Oracle (hébergée en IaaS)

 

Et voila !

Photo de profil

Ces billets pourraient aussi vous intéresser

Vous nous direz ?!

Commentaires

comments powered by Disqus